ISBN : 978-2-13-055078-5 Collection "Hors collection"

ISBN : 978-2-13-055078-5
Collection « Hors collection »

Comment une société se reconstruit-elle après une dictature ou des crimes de masse ? Durant des siècles, le silence était la seule réponse, le procès de Nuremberg a modifié la stratégie et les commissions Vérité, les tribunaux pénaux, les lois mémorielles sont censés guérir les plaies de l’Histoire. Mais quel est l’impact de ces politiques de réconciliation ? Cet ouvrage montre comment cette révolution juridique, politique et culturelle mobilise les énergies, suscite l’espoir de refonder une société, malgré les tensions générées par ces politiques de réconciliation, les dangers et les dérives qui les guettent.

Table des matières

Avant-propos : La sélection humaine — Introduction

I — L’acte de naissance de la justice transitionnelle : Les procès de Nuremberg ou comment légitimer le nouvel ordre international — L’Allemagne inaugure la politique du repentir — Le réveil de la mémoire juive et l’exigence d’imprescriptibilité — Israël, le procès Eichmann et la création d’un nouvel ethos national.

II — La montée en puissance de la justice transitionnelle : Généalogie d’un concept — La quête de la réconciliation — De la politique du pardon à la politique du châtiment — Les ONG, nouveaux entrepreneurs normatifs — La centralité du crime contre l’humanité — L’éclipse d’une espérance

III — La mise à l’épreuve de la justice transitionnelle : Conférence de Durban, la tentation de l’universel — Maroc, la mondialisation des Commissions Vérité et Réconciliation — Ouganda, la justice traditionnelle contre la justice pénale internationale

Conclusion — Bibliographie

Où se procurer cet ouvrage ?

Vous trouverez « Juger la Guerre, Juger l’Histoire » dans toutes les bonnes librairies.

Vous aussi le commander sur Amazon.fr ou fnac.com

La presse en parle

« Un très ambitieux pari […] une remarquable analyse. »Alexandra Laignel Lavastine – Le Monde

« Une étude serrée et brillante de la justice transitionnelle. » Marc Semo et François Sergent – Libération

« Pierre Hazan, dans un livre brillant, érudit, écrit dans une langue limpide, dresse le bilan passionnant de cette révolution juridique et culturelle commencée il y a quinze ans. » Jean Ziegler – Le Monde diplomatique

« Un ouvrage passionnant. » Sylvie Arsever – Le Temps

« A l’heure où l’instruction des crimes du Darfour a commencé, où le génocide arménien hante la Turquie, où l’Espagne adopte une loi mémorielle, où les tribunaux jugeant les crimes de masses se multiplient, Pierre Hazan sort un livre passionnant sur le thème. » Michel Beuret – L’Hebdo

« Pierre Hazan décrypte l’histoire idéologique et politique des instruments de la justice internationale et de la réconciliation nationale. » Joëlle Scacchi – Amnesty

« Un livre choc. » Info Sud

Critiques

  • liberation

Libération, Juger les hommes, juger l’histoire

«Il ne peut y avoir de paix durable sans justice», rappelle volontiers le grand juriste italien Antonio Cassese, qui fut le premier président du Tribunal pénal international de La Haye, créé en 1993 par le […]

  • alternatives

Alternatives Internationales, La réconciliation, en vérité…

Jusqu’à la deuxième guerre mondiale, les sociétés ont jugé que le silence et l’oubli étaient la suite normale des conflits. En 1945, le tribunal de Nuremberg a rompu cette tradition et ouvert une nouvelle ère, […]

  • le-monde-diplo

Le Monde Diplomatique, Juger la guerre, juger l’histoire

Une révolution culturelle et politique est en cours aux Nations unies et dans les milieux judiciaires, celle de la « justice transitionnelle ». De quoi s’agit-il ? Pour sortir des guerres civiles et des conflits, pour garantir un […]

  • nouvelobs

Nouvel Observateur, Comment juger les barbares?

Faut-il punir ou parier sur le pardon et la rédemption des coupables de crimes contre l’humanité? Au contraire des époques précédentes qui prisaient le silence et l’amnésie, la nôtre croit aux vertus de la parole pour […]

  • le-monde

Le Monde, Les effets de la justice transitionnelle

Diplomatie du repentir, commissions Vérité, Tribunal pénal international, réparations, lois mémorielles : de l’Argentine à l’Afrique du Sud, en passant par l’ex-Yougoslavie et le Rwanda, l’usage public de l’histoire serait-il condamné à ne produire que […]